Types des surfaces

 

Avant  appliquer la peinture il faut assurer son adhérence avec la surface.


On a 2 types de surfaces essentielles:


  1.  Surface absorbante.

L’apprêt absorbant moderne c’est un mélange de trois ingrédients principaux. Le liant, l’absorbant et le pigment blanc. Le liant moderne – le polymère acrylique, l’absorbant – le gypse ou la craie, le pigment blanc – blanc de zinc ou titan. La couche d’isolation entre la toile et l’apprêt est nécessaire pour protéger la toile, car l’huile peut pénétrer à travers l’apprêt et endommager le tissu.

L’apprêt absorbant moderne comme Gesso est composé avec le gypse ou la craie pour assurer l’absorption. L’huile transperce la couche de l’apprêt (comme les racines d’arbre) et après sa polymérisation, ou on dit « séchage », le lien devient très solide.

Avantage:  Adhérence solide et fiable. Préparation rapide (quelques heures)

Désavantages: La peinture est mate après le séchage. (mais si c’est désiré – c’est un avantage), impossible de réaliser les petits détails, car la peinture devient moins fluide rapidement.

2. L’apprêt à l’hile ou la surface non absorbante.

L’apprêt non absorbant ou à l’huile n’a pas d’ingrédients absorbants comme le gypse ou la craie. Ça peut être, simplement, une couche de peinture à l’huile. La couche d’isolation entre la toile et l’apprêt est nécessaire pour protéger la toile, anciennement c’étaient  la colle de poisson, la gélatine, etc. Même présentement on peut trouver ces ingrédients.

Avantages: Réalisation des petits détails, ajustements de couleurs, de nuances  sont plus faciles, car la peinture ne perde pas l’huile et reste fluide longtemps.

Ivan Aivazovsky  utilisait juste les apprêts à l’huile (non absorbants).

La neuvième vague
La neuvième vague, 1850,  Ivan Aivazovsky

Désavantages: La préparation de surface pour avoir la bonne adhérence est obligatoire. Possibilité d’avoir des craquelures.  La préparation est très longue (pour l’apprêt à l’hile, le temps de séchage complet est 6 mois – 1 année et plus)

La copie d'étudiant, "La visite du docteur", artist - Gabriel Metsu
La copie d’étudiant, « La visite du docteur »,  Gabriel Metsu (1629-1667).  L’apprêt à l’huile n’était pas sec à fond.

 

Terboh craquelure
Gerard ter Borch, The Gallant Conversation, 1654.

La couche de peinture sèche est une  surface non absorbante!

Si la peinture est fraîche – aucuns problèmes. Mais si le processus de polymérisation est commencé et un film mince de linoxine est déjà formé, la peinture fraîche ne peut pas avoir l’adhérence solide et sûre.

Manque d'adhérence 1
Les couches de peinture n’ont pas d’adhérence sans traitement

 

 

Manque d'adhérence 2
Un étudiant n’a pas effectué le traitement de la couche précédente.

 

Toile APOLLON.jpg
Mon choix économique. La qualité de faux cadre, de tissu et de I’apprêt est très bonne, mais il n’y a pas d’encollage.  L’huile traverse facilement l’apprêt et  abîme le tissu.
DSC_3792
Ma toile, coté face. 
DSC_3791
Même toile coté arrière. On voit le changement de couleur  à cause de l’huile qui a traversé l’apprêt et a abîmé le tissu. Pour prolonger la vie de cette toile il est nécessaire d’entreprendre les mesures de conservation. Par exemple, le trament avec de la cire.

DSC_3794

 

DSC_3795

 

Pour éviter ces problèmes il faut préparer des surfaces correctement.

 

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :